Balise meta description: Mes conseils SEO

Balise meta description: Mes conseils SEO

Tout d’abord, il convient de définir ce qu’est la meta description.  Cette balise joue un rôle important dans le SEO même si elle n’a pas de caractère obligatoire pour les moteurs de recherche comme Google, qui si elle n’est pas présente, saura se débrouiller sans elle. Google la créera. Voici un rapide aperçu de la balise meta description.

 

C’est quoi la méta description?

La balise meta description est un bout de code html servant à décrire le contenu de la page en question. La balise doit être placée dans la partie head du code html et donc  entre les balises <head> et </head>.

balise-meta-description-sebastienmengual.fr

 

 

Ici vous voyez le contenu de la balise meta description : <meta name= »description » content= »Ceci est la description de la page qui va s’afficher dans les résultats de recherche » />

La plupart des CMS offrent la possibilité de personnaliser les meta description, vous n’aurez pas besoin d’éditer le code.

 

A quoi sert la meta description ?

Au référencement naturel, mais de manière indirecte. C’est ce qu’explique John Mueller , webmaster trends analyst chez Google, Zurich sur le blog de Google  :

« L’utilisation d’une balise méta description n’est pas obligatoire et n’a pas d’effet sur le positionnement. »

Même si pour les moteurs de recherche elle n’a pas de caractère obligatoire, la balise meta description  reste pour l’internaute un pilier qui le fera cliquer vers votre page ou non depuis les pages des résultats de recherche (La SERP pour les plus connaisseurs).

Comment la meta description est utile pour le référencement?

Même si Google dit que la méta description n’est pas pris en compte pour le référencement, elle vous sera très utile.

Une meta description bien rédigée devra inciter l’internaute à venir visiter votre page web. Il faut donc qu’il trouve de l’intérêt à la lecture de votre balise, d’avoir envie d’aller plus loin et de cliquer pour découvrir votre page web.

Cela augmentera trafic et donc votre CTR ( le taux de clic, qui lui, est pris en compte dans le référencement) et si votre page correspond à la promesse contenu dans la balise meta description et à la balise title, alors l’internaute restera plus longtemps.  Automatiquement, votre taux de rebond sera moindre et votre classement dans Google sera meilleur.

 

A quoi ressemble la meta description dans les moteurs de recherche?

Voici la meta description de ma page web sebastienmengual.fr répondant à la requête consultant SEO Nancy.

Balise-meta-descrption-sur-google-sebastienmengual.fr

Sur la SERP ( search engine result page), page des résultats de recherches en Français (mais vous aviez compris je pense 😉 ),  la balise meta description que vous aurez indiqué dans votre CMS ou dans votre code html est en gris et se situe juste en dessous de l’url  qui est en vert. En bleu vous pouvez voir la balise title, j’ai rédigé un article sur cette balise.

 

Quelle est la longueur de la méta description ?

Ou combien de caractères doit contenir la méta description ?

Il n’y a pas de nombre exacte pour la longueur maximum d’une meta description. Google met une alerte dans la search console uniquement sur les meta description trop courtes.

La méta description peut contenir approximativement 155 caractères. Il est cependant possible de dépasser cette limite, jusqu’à plus de 300 caractères si dans les 150 premiers caractères la description de la page est assez précise.

J’ai remarqué que plus l’expression de recherchée par l’internaute contenait de mots, plus la meta description de chacun des résultats sera longue, le maximum que j’ai vu pour l’instant est de 336 caractères.

Quoi qu’il en soit,  Google fait quand même un peu ce qu’il veut au niveau des méta descriptions, car souvent il reformulera en prenant soit le contenu de votre meta description, soit du texte ailleurs dans votre page.

Comme on peut le comprendre, Gary de la search team de Google, nous précise qu‘il n’y a pas la limite de la longueur d’une méta description. Elle pourra être coupée selon les besoins afin de s’adapter à la largeur de l’écran (mobile ou ordinateur).

 

Comment bien optimiser la méta description?

Plusieurs astuces sont à mettre en pratique pour bien optimiser la méta description afin de la rendre irrésistible tant pour les internautes que pour Google.

 

Conseil meta-description #1: Pas de méta description en double

A bannir ! Les méta descriptions vides. Le premier problème des méta descriptions vides est que vous allez avoir des méta descriptions en doubles (du vide en double mais des doublons quand même).

On le voit souvent dans des sites e-commerce, où les fiches produits n’ont pas de texte.

Si vous n’avez pas de meta description, Google et les autres moteurs de recherches vont construire des meta desc avec les premières phrases trouvées dans vos pages ou encore des extraits de ces pages.

Le résultat, si vous avez des textes, n’est tout simplement pas attrayant dans la balise et si  vous n’avez pas de texte, la balise sera vide.

Comme les pages de votre site, les URL, les méta descriptions doivent être uniques et le fait d’avoir des méta desc vides les désigne en double.

De même, n’utilisez pas les méta description par défaut depuis votre CMS, il arrive que souvent celui-ci soit mal paramétré et génère des doublons.

La règle est la suivante : Une page=une meta description unique.

 

Conseil meta-description #2: Rédiger la en rapport avec votre page.

 

La meta description doit annoncer la couleur de votre page!  On doit savoir à quoi s’attendre à la lecture de celle-ci. L’internaute de ne doit pas être mal orienté. Le contenu de la meta description devra donc l’informer précisément. Cela aura pour effet de capter un trafic qualifié et de diminuer le taux de rebond et augmentera le temps de navigation par le visiteur sur votre site.

 

Conseil meta-description #3: Pas de spam dans la meta description

 

Comme dans la balise title, votre balise metadescription doit contenir au minimum une fois les mots clés  sur lequel vous souhaitez vous positionner.  Dans les résultats de recherche, Google écrira en gras vos mots clés utilisés lors de la recherche de l’internaute. Notez que Google se donne le droit de modifier votre meta description en la remplaçant par du texte choisi dans votre page qui contient les mots clés si votre balise ne les contient pas en totalité.

 

Conseil meta-description #4: Rendez votre balise meta description sexy

Faites-en sorte que votre description donne envie à l’internaute de cliquer sur le lien qui mène à votre page. Cependant, n’en faites pas trop non plus. Le message doit toujours refléter le contenu de la page.

La balise doit être vendeuse mais pas trompeuse. Il faut faire la différence avec vos concurrents et vous démarquer pour attirer les visiteurs. Utilisez des verbes d’action (profitez, découvrez, contactez…) qui incite l’internaute à l’action et le reste de la balise  meta description en une explication en rapport avec le contenu de votre page.

 

Conseil meta-description #5: La longue traine de la meta description

Comme vu dans le conseil 3, pensez autant que possible à mettre les autres mots clés que ceux visés par la requête. Les mots clés de longue traine sont importants aussi et vous permettront de pouvoir toucher plus d’internautes avec des requêtes différentes de la requête initiale. Vous augmenterez alors votre CTR et votre positionnement. Bien entendu, vous ne pourrez pas tous les mettre dans votre balise au risque de faire du keword stuffing. Aidez-vous des requêtes faites par les utilisateurs pour trouver vos pages (exemple avec la search console).

 

Conseil meta-description #6: Faites des phrases dans votre meta description

Comme dit précédemment, ne chargez pas votre meta description de mots clés, les uns à la suite des autres, ça ne sera pas vendeur ni attirant. Faites des phrases en évitant les phrases trop longues.

 

Conseil meta-description #7. Regardez la concurrence d’adword

Souvent, les premiers résultats de la SERP sont occupés par les les annonces Google Adword. Il faut alors vous différencier et faire de vos balises des meta description encore plus performantes et prometteuse. Jetez régulièrement un coup d’œil sur les résultats dans la SERP et adaptez vos meta desc si nécessaire.

Conseil meta-description #8. Testez et re-testez

Rien n’arrive par hasard et les bonnes meta descriptions non plus. Alors testez vos descriptions et re-testez jusqu’à obtenir la balise qui performera le mieux.

 

 

27 Conseils SEO pour votre référencement naturel en 2019

27 Conseils SEO pour votre référencement naturel en 2019

Quels sont les techniques et conseils SEO en 2019 ? C’est la question que beaucoup d’entre nous nous posons. En fait, les fondamentaux n’ont pas vraiment changé. Suivez ces conseils pour avoir une bonne base en référencement pour votre site internet.

Conseil SEO #1: Le travail régulier et la patience:

Le premier conseil que je peux vous donner en SEO est de faire un travail régulier et d’être patient. En effet, les résultats d’un travail sur le référencement naturel peuvent parfois mettre des mois à arriver.

Conseil SEO #2: Une bonne architecture:

Tout commence avec un site web bien pensé. N’allez pas croire qu’il vous suffit d’un beau site pour attirer les visiteurs. Il faut qu’il réponde à leurs besoins et cela déterminera les fonctionnalités à mettre en place. Pour cela il faut réaliser une étude des personas. Avec cette étude, vous allez pouvoir mettre en place l’arborescence des catégories et des pages qui créeront un parcours intuitif pour vos visiteurs.  » En optimisant ces parcours, et en pensant le site pour vos internautes, vous respectez la règle numéro un de Google qui est de ne pas penser à l’algorithme mais aux personnes qui naviguent sur votre site web ».

Conseil SEO #3: Le « https » pour preuve de sécurité

Votre site est toujours en HTTP? Alors passez vite à HTTPS, la version sécurisée d’ HTTP par l’ajout du protocole SSL . Cette version rassure vos visiteurs et sécurise vos pages par un système de cryptage. Elle est devenue un standard préféré pour Google. Encore un axe d’amélioration de votre référencement naturel.

 

Conseil SEO #4: L’extension de votre nom de domaine

Il existe deux types d’extensions pour votre nom de domaine. Les extensions génériques, comme par exemple, le .com, le .net, le .org, le .info, le .io, .paris, .bretagne …. Le deuxième type d’extension étant géographique, par exemple, .fr, .lu, .uk, .be

Pour les extensions génériques, le moteur de recherche Google, ne fait aucune préférence. Elles ont le même poids.

Pour les extensions liées à un pays, comme par exemple: .fr, .lu, .es, .be, .ch, seront préférées par le Google du pays concerné (Google.fr pour la France, par exemple), de même qu’il préférera les sites hébergés au même endroit.

 

Conseil SEO #5: La vitesse du site web

Vous n’avez jamais changé de site avant que sa page d’accueil ne s’affiche?

Si, bien entendu, comme tout le monde!

La vitesse d’accès et d’affichage d’un site à un impact non négligeable sur votre référencement. D’une part parce que Google visite votre site, mais aussi car il va tenir compte du taux de rebond. Si votre site ne s’affiche pas assez rapidement, le nombre de visiteurs qui partiront dès la première page sera important.

Pour pallier à ces problèmes, il y a plusieurs paramètres qui entrent en considération.

Votre serveur, est l’une des premières choses à vérifier. A-t-il assez de CPU et de RAM. Sur un serveur mutualisé, il n’est pas rare d’avoir des ralentissements si un autre site qui se trouve sur le même serveur fait des opérations gourmandes en ressource.

Puis viennent vos DNS. N’ y a-t-il pas de redirections qui ralentissent l’accès au site.

Enfin, la structure du site et son contenu, comme par exemple des images trop lourdes, des slides, des plugins lourds, du CSS surchargé (ou pire du css inline), des ressources externes à votre site, ou encore du code flash (beurk!).

La vitesse d’un site est tellement importante que Google a développé la technologie AMP qui aidera votre site à s’afficher plus rapidement sur les mobiles et du coup augmentera votre référencement.

Conseil SEO #6: L’intention de recherche

Avant de commencer à écrire du contenu, il faut respecter l’intention de recherche de l’internaute pour le mot clé visé. Pour faire simple, l’intention de recherche est la raison qui le pousse à faire une recherche spécifique sur Google, il faut se mettre à sa place et se poser plusieurs questions comme par exemple :

  • Pourquoi l’internaute fait cette recherche?
  • Est-il à la recherche d’une réponse à une interrogation ou cherche-t-il simplement un site e-commerce?
  • Ou est-il à la recherche d’un site web bien spécifique?

Dites-vous bien que même avec un contenu très bien écrit et bien optimisé, s’il n’est pas en phase avec sa cible, il ne vaudra rien. L’internaute sera mal orienté sur votre site et il repartira aussi vite qu’il est venu. Cela aura pour conséquence d’augmenter votre taux de rebond et de diminuer votre trafic. La seule vraie solution est de bien comprendre les attentes de l’internaute grâce à une requête et de se positionner dessus afin de lui apporter la réponse qu’il est venu chercher.

Conseil SEO #7: Affinez votre sémantique

Directement liée avec l’intention de recherche, la sémantique permet à Google de savoir de quel sujet parle votre page. La recherche sémantique se base sur des requêtes conversationnelles, ce qui induit que l’internaute ne met pas qu’un seul mot clé dans la barre de recherche mais bien un ensemble de variations de ce mot clé. Si par exemple, la requête est « Plat Japonais », Que cherche vraiment l’internaute? Cherche-t-il à cuisiner un plat Japonais ou bien quel est le plat Japonais en vogue en ce moment, ou bien encore, le meilleur restaurant Japonais du coin? L’astuce est de bien renseigner l’internaute du sujet dont parle votre page, de vous concentrer sur le langage naturel qu’il pourra utiliser pour sa recherche et trouver les meilleurs mots clés.

Conseil SEO #8: Développer votre champ lexical

Depuis l’arrivée de l’algorithme Colibri, Google favorise les pages les plus pertinentes du point de vue lexical. Vous comprendrez facilement que pour deux pages traitant du même sujet, le moteur de recherche positionnera mieux celle avec un champs lexical plus riche et varié. Alors qu’auparavant, il suffisait de mettre les mots clé de la requête de l’internaute dans vos pages, cet algorithme va prendre en compte tous les mots dit de « longue traîne » pour répondre à la requête. Par exemple si un internaute fait la recherche  » Apprendre à jouer de la guitare » Google va chercher à comprendre le sens de la requête pour ne pas présenter seulement des pages avec les mots de cette requête. L’idée donc est de rédiger un contenu expert en usant du plus large champs lexical possible pour que Google vous positionne mieux que vos concurrents. Attention toutefois de garder du sens à vos textes.

Conseil SEO #9: Optimisez pour la recherche vocale

Depuis l’avènement des assistants de recherche comme Siri, Ok Google ou Cortona, votre terminal devient votre meilleur compagnon. Avec ces algorithmes de learning machine il sait répondre à presque toutes vos questions. Avec Google, la recherche vocale est de plus en plus utilisée. Sundar Pichai, le CEO de Google a confirmé que 20% des requêtes mobiles étaient de type vocal.

Google privilégie de plus en plus le contenu conversationnel ainsi que les entreprises locales par rapport à la géolocalisation de l’utilisateur. Lorsqu’il n’y a pas si longtemps on utilisait des mots clés pour une recherche comme par exemple : » cinéma à Lyon », aujourd’hui, avec la recherche vocale, on effectue la recherche sous la forme d’une question. Par exemple, la même recherche pourrait être:  » Siri, où trouver un cinéma à Lyon? ».

Les algorithmes vont répondre à vos question en utilisant les textes du web. Votre contenu devra donc être optimisé en ce sens pour un langage conversationnel avec des réponses simples et claires ou des réponses bien spécifiques commençant par : Que, Qui, Quoi, Où, Combien, Quand, Pourquoi…

Grâce à la recherche vocale, votre site, s’il est responsive et sur l‘index Mobile first de Google sera mieux positionné en raison de la localisation et l’utilisation mobile. Il faut savoir que la plus grande partie des réponses aux recherches vocales tiennent compte de votre géolocalisation.

 

Conseil SEO #10: Un site responsive:

Votre site se doit d’être en responsive design. C’est à dire qu’il doit pouvoir être consulté depuis n’importe quel terminal et s’adapter à toutes les tailles d’écrans. Prenez soin qu’il soit à minima en responsive design. Ne confondez pas avec les sites pensés pour les mobiles, les contenus et habillages sont souvent assez différents.

Conseil SEO #11: Un site pensé pour les mobiles:

Vous l’aurez compris, les sites en responsive design sont faits pour s’adapter aux différentes tailles d’écran. Les sites conçus pour les mobiles n’auront pas la même structure. Eux, sont plus épurés. Fini les bannières, les sliders de présentation, les pubs qui font souvent fuir l’utilisateur sur un écran de petite taille. Le site conçu pour le mobile sera donc épuré et mettra en avant le contenu afin qu’il soit facilement et rapidement accessible.

Conseil SEO #12: Prendre en compte Mobile first:

Dès sa conception, votre site devra être pensé pour s’afficher rapidement sur un terminal mobile. En effet depuis que Google a annoncé en novembre 2016 qu’il y avait plus de recherche depuis les terminaux mobile que sur les ordinateurs, le Mobile first s’impose. Il s’agit de mettre les appareils mobiles au centre de vos décisions lors de la création de votre site internet ou e-commerce puis seulement de penser éventuellement à l’affichage sur desktop. Prenez conscience que plus de la moitié de vos visiteurs ne verront jamais la version ordinateur de bureau. Avec plus de 51% de recherches à partir des mobiles, Google a décidé de donner la priorité à son index mobile face à l’index desktop. Quand on sait que la vitesse de chargement compte aussi dans le référencement de façon importante, il ne faut pas hésiter à penser mobile first afin d’offrir un expérience utilisateur accrue.

Conseil SEO #13: AMP autant que possible:

Google a mis au point une version allégée et simplifiée du code HTML et JavaScript, l’AMP (Accelerated Mobile Pages). Cela dans le but de rendre jusqu’à 10 fois plus rapide le chargement de vos pages sur mobile en réponse aux Instant Articles de Facebook qui permettent un chargement rapide dans l’application mobile de Facebook.

AMP ne garde que le nécessaire à afficher pour un utilisateur sur smartphone ou tablette et Google met à votre disposition son cache (qui sera sera diffusé via leur CDN) afin d‘accélérer encore plus votre site. Donc sur les mobiles, l’information primera et l’utilisateur ne verra que les articles sans pub, ni gadget qui viendraient entraver la lecture.

Il existe des plugins AMP pour de nombreux CMS, certains sont encore à tester.

 

Conseil SEO #14: Des URLs qui parlent aux internautes

L’adresse de votre page web ou media, l’ URL (pour Uniform Resource Locator) sont les paramètres principaux. L’URL apparait en deuxième position, juste après le titre de la page dans la SERP ( Search Engine Result Page, soit page de résultat du moteur de recherche). Elle est donc bien visible et peut influencer l’internaute dans son choix de visite. Prenez soin de bien choisir les termes qui la composent, elle doit être explicite, lisible et incitative au clic.

Conseil SEO #15: Une charte éditoriale cohérente:

Du contenu, du contenu, toujours plus de contenu, c’est ce que l’on lit partout pour gagner la course du référencement naturel. Google veut du contenu, mais encore faut-il qu’il soit de qualité et qu’il puisse répondre avec pertinence aux questions que se posent vos visiteurs. Il faut établir une relation avec ces derniers, une habitude de lecture, un format. Choisissez votre style, vos polices de caractère, la façon dont vous allez agencer vos articles ou vos pages.

Conseil SEO #16: Le planning de publication

La régularité, même si c’est difficile, il faut essayer autant que possible d’être régulier dans vos publications. C’est un point que je dois encore travailler pour ma part. Prévoir les publications ainsi que les objectifs à atteindre pour le suivi des indicateurs clé de performances de vos articles (les fameux KPI).

Conseil SEO #17: Misez sur la position 0

Mieux que la première position ? La position 0. Cette position s’obtient avec un contenu qui répondra à coup sûr aux requêtes des internautes. La position 0 est devant la première position de la SERP bien entendu. Elle est matérialisée par le Featured Snippets, cet encadré en premier résultat de recherche avec un extrait de la page répondant à votre requête.

Avec la multiplicité des assistant vocaux et des enceintes connectées, la position 0 est devenue un « must have ». Cette position sur la page des résultat des recherches fera exploser votre taux de clic et donc le référencement de votre site.

Conseil SEO #18: Les balises h1, h2, h3…

Prenez soin de bien segmenter vos contenus à l’aides des balise de titre h1, h2, h3,h4… si besoin. La balise h1 étant le titre de votre page doit être unique et doit refléter le contenu de votre page. N’hésitez pas à user des sous titres (h2…h6) pour aérer vos contenus. Pensez à insérer des mots clés dans ces balises, vous aiderez le Google à indexer vos pages.

Conseil SEO #19: La longueur des contenus

Avec la concurrence qui se durcit, sortir du lot lorsque l’on traite d’un sujet devient plus compliqué qu’auparavant. La solution, faire mieux que les autres. Pour cela, regardez les contenus similaires aux vôtres qui arrivent dans les 3 premières positions sur la SERP et faites mieux, plus étoffé, plus long, de meilleure qualité et surtout pertinente. Google recherche des contenus de qualité a proposer à ces utilisateurs. Il y a quelques temps, 500 mots pouvaient suffire, maintenant, la longueur des contenus se situe plus entre 1500 et 2000 mots. Créer des contenus de meilleure qualité prend du temps, mais souvent, vos concurrents ne chercheront pas à remanier le leur. Si cela arrive, surveillez les résultats dans la SERP et vous verrez que la course a commencé.

Alternez aussi avec des contenus courts, car ce type de contenu est rapide et facile à lire. De plus, il convient à une audience mobile. A vous d’être le meilleur!

Conseil SEO #20: La balise Title

Parmi les éléments clés du référencement, la balise title doit être optimisée pour le SEO. Elle doit reprendre les éléments de votre page et les mots clés sur lesquels vous souhaitez être positionné. Pour en savoir plus sur cette balise, j’ai publié 7 astuces pour optimiser la balise title pour le référencement naturel.

Conseil SEO #21: La balise Meta description:

La balise Meta Description fait partie des balises HTML les plus importantes en référencement. C’est ce texte de description de votre page que vous pouvez trouver dans les résultats de recherche ou dans les applications web qui ont besoin d’une courte description.

Soignez bien cette balise car, elle permet à l’internaute de bien comprendre le sujet de votre page. Vous devez donc la rendre attrayante pour inciter au clic et augmenter votre trafic naturel. A défaut, si vous ne vous en occupez pas, Google la remplira automatiquement en reprenant un bout de texte de votre page. Ne laissez donc pas Google choisir à votre place et décidez vous même de ce que vous souhaitez mettre en valeur dans la balise meta description.

 

Conseil SEO #22: La balise Strong:

Non cette balise ne sert pas à mettre en gras vos texte, bien que dans la plupart des cas c’est ce qui apparait à l’écran. La balise strong sert à préciser aux moteurs de recherche que les termes qui y sont contenus sont importants et méritent leur attention. Bien utilisée et surtout sur vos mots clés, cette balise vous aidera dans votre référencement naturel.

 

Conseil SEO #22: Le nom des fichiers:

Quel que soit votre fichier, son nom doit être parlant. C’est aussi le cas de vos images. Choisissez un nom de fichier qui reflète vraiment ce que votre fichier contient. Par exemple, changez le nom d’un photo prise par votre appareil photo par le sujet auquel il se rapporte vraiment.

Conseil SEO #23: Le poids des images:

Oubliez les images qui sortent directement de votre appareil photo en 4K ! Retravaillez vos images afin de réduire leur poids (leur place sur le disque dur, le taille en kilo-octets ou méga-octet). Certains logiciels de retouches photos permettent d’enregistrer vos image au format web, réduisant ainsi leur taille et donc la vitesse de chargement de votre page.

Conseil SEO #24: L’attribut ALT:

L’attribut alt est utilisé comme texte alternatif dans le code HTML de vos balises d’ images. Ce texte est une alternative pour les robots qui ne savent pas lire une image. Il permet aussi aux malvoyants d’accéder à une description de l’image par retranscription vocale. L’attribut alt permet aussi un meilleur référencement naturel car votre image aura une description en plus du nom de son fichier. Cela permet d’y insérer des mots clés qui seront interprétés par les moteurs de recherche. Choisissez bien vos mots clés en prenant soin de ne pas en mettre trop. C’est mal et cela s’appelle du keyword stuffing et rapidement détecté par Google ! Le texte placé dans l’attribut alt s’affichera en remplacement de l’image si celle-ci ne s’affiche pas sur le navigateur.

 

Conseil SEO #25: Le maillage interne

Trop souvent inexploité, le maillage interne concerne les texte des liens (anchor text ou ancre du lien) au sein de vos articles pour lier différentes pages ou endroits de vos pages. Pour bien faire votre maillage interne, il faut respecter certaines règles :

Décrire brièvement le sujet de la page cible avec des mots clés. Les mots clé utilisés dans l‘ancre vers la page cible l’aideront à mieux se positionner sur les requêtes incluant ces mots clés. Plus le nombre de liens vers la page cible avec des ancres différent seront important et plus vous aiderez Google à vous positionner sur des requêtes différentes.

Enfin l’endroit et l’ancre de votre lien doit être naturel pour l’internaute. Le lien devra relier les deux pages par un fil conducteur, peut-être une même thématique. Il doit avoir une ancre qui renseigne l’internaute sur la page cible et si aucun mot clé ne vous semble opportun ou en mettre un dénature votre texte alors faites simple comme par exemple : voir ici ou comme ici…

Conseil SEO #25: Les backlinks ou liens entrant

Les liens sont la base de l’internet, il est construit grâce à eux. Ils sont essentiels pour le bon référencement de votre site web. Cependant, ils doivent être de qualité. Leur nombre compte bien mais moins que leur qualité. Vous devez opter pour un bonne stratégie de backlinks en restant cohérent et en gardant un rapport entre leur nombre et l’âge de votre page sur laquelle ils pointent. Une page récente paraitra suspecte si un nombre de liens important pointent sur elle. De plus vous risquez aussi d’être pénalisé par Google si les liens n’ont pas de rapport sémantique avec votre contenu.

 

Conseil SEO #26: Évitez les Fat footer

Avoir plein de liens dans son footer (bas de page) peu faire joli, quoi que, mais cela va diminuer le poids de votre page en termes de référencement. C’est ce qu’on appelle les fat-footer (des bons gros footer remplis de liens) N’oubliez pas que le footer sera présent en bas de chacune des pages de votre site. Mieux vaut alors limiter les liens sortants.

Conseil SEO #27: De la présence sur les réseaux sociaux

La présence des internautes sur les réseaux sociaux n’est plus à démontrer. Leur impact sur le référencement naturel est à prendre en considération dans votre stratégie SEO.

Bien gérés, ils vous apporteront du trafic sur votre site et des interactions aux posts que vous allez diffuser, le tout en apportant en plus de l’autorité à votre marque.

Ne les négligez pas et pensez à les intégrer dans votre stratégie marketing et planifier à l’avance des posts bien ciblés.

 

10 Bonnes raisons d’avoir un site internet pour l’entreprise en 2019

10 Bonnes raisons d’avoir un site internet pour l’entreprise en 2019

Pourquoi avoir un site internet pour votre entreprise ?  C’est la question que nombre de patrons de TPE/PME se posent.

Alors que nous sommes quasiment tous passé à l’ère du numérique et aux nouveaux moyens de communication grâce à l’internet haut débit, le rapport de l’INSEE du 28 mars 2018, fait apparaitre que seulement un tiers des entreprises de moins de 10 salariés ont opté pour la bonne stratégie avec un site internet.
C’est un constat alarmant quand on sait qu’il y a 2,5 millions de TPE en France. Alors pourquoi ces entreprises n’ont pas de présence digitale et pas d’action marketing digital, pourquoi n’ont-elles pas de site internet et pourquoi se privent-elles d’une formidable possibilité de gagner des parts de marché.
Pourtant, quel que soit le lieu ou l’heure, un prospect  ou un client doit pouvoir obtenir des informations sur vos produits ou services ou pouvoir faire ses achats en ligne. La création d’un site internet professionnel est plus que jamais un pilier de la réussite de votre entreprise.

Alors, pourquoi avoir un site internet pour votre entreprise? C’est ce que je vais tenter de dévoiler….

TPE / PME sans site internet, attention danger

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de découvrir pourquoi faut-il un site internet pour votre entreprise, il convient de dresser la situation digitale en France.

Nous sommes 67,12 millions de Français dont 90 % d’internautes. 67 % des entreprises de toutes tailles ont un site web et parmi celles-ci, seulement 750000 petites entreprises ont leur site internet leur permettant d’ attirer de nouveaux prospects et clients et d’augmenter leur notoriété. Cela veut dire que 1,75 millions de TPE Françaises sont inconnues de 90% des internautes et se privent d’une manne importante de leurs clients. C’est un comble quand on sait que les accès à internet sont de moins en moins chers et de plus en plus rapides.

Une étude Email-Brokers publiée en 2014 par l’Agence France Presse, précise que 81% des entreprises ayant fait faillite n’étaient pas présentes sur internet. Même si ce rapport a déjà quelques années, on peut facilement imaginer ce qu’il en est depuis l’utilisation des smartphones et autres appareils mobiles de plus en plus performant ainsi que de la prolifération  de la 4G.

1. Avoir un site pour que votre cible vous trouve

Les consommateurs ont changé leurs habitudes pour se renseigner sur une entreprise et acheter un produit ou un service. Avez-vous remarqué que vous ne recevez plus l’annuaire des pages jaunes dans votre boite à lettres depuis assez longtemps ?
C’est pour cela que 80 % des Français vont sur internet pour trouver l’artisan, ou la TPE / PME qui pourra répondre à leurs besoins.

Le premier réflexe lorsque l’on recherche une information est de se connecter sur le web. On compare les prix sur les pages web des différents sites et comparateurs même lorsque nous sommes déjà devant le rayon d’un magasin à l’aide de notre smartphone.
On regarde les avis et les recommandations nous incitent à la confiance. A ce propos, 72 % des internautes place la même confiance dans les avis en ligne qu’aux recommandations personnelles, vous savez le bouche à oreilles sur lequel bon nombre de TPE comptent pour se faire connaitre et trouver des clients.
73 % des Français ont un smartphone
et la plupart des dirigeants des TPE/PME aussi. Il est fort à parier qu’eux aussi sortent leur smartphone régulièrement pour se connecter et faire une recherche Google ou acheter sur un site e-Commerce.


Tout cela commence à vous donner une petite idée de la raison pour laquelle votre société doit avoir un site internet et pourquoi faut-il  et une présence digitale efficace pour votre entreprise. Allons plus loin et observons ensemble les bénéfices d’un site internet pour à votre entreprise.

2. Un site web pour maîtriser votre renommée

Les petites et moyennes entreprises pratiquent leurs activités dans une zone de chalandise généralement assez précise. Elles comptent sur leurs clients satisfaits pour en faire des ambassadeurs et promouvoir leur image professionnelle par le biais du célèbre bouche à oreilles.

J’ai souvent entendu me dire des artisans : « internet, non pas le temps, je croule sous les demandes, je n’ai pas besoin d’un site, j’ai le bouche à oreilles… « . Cela est vrai tant qu’un concurrent ne fait pas d’action marketing pas auprès de votre cible de clients avec une stratégie digitale  forte.  Mais dès lors que des  concurrents le feront, il sera peut-être trop tard

La technique du bouche à oreilles est une solution, mais vous ne serez pas à l’abri des critiques négatives et vous ne gérez ni le flux des demandes de devis ni les rumeurs. Alors qu’avoir un site web et être présent sur internet vous permet de gérer votre e-réputation et de traiter rapidement  les  critiques négatives.  Souvenez-vous que généralement un client satisfait le dit à trois personnes, tandis qu’un client mécontent le dit à 9. Le bouche à oreilles, n’est peut-être pas si bien que cela.

3. Un site internet pour faire face aux grandes enseignes

Face aux grandes enseignes dotées d’un site internet et d’une stratégie de marketing digital, les petits artisans ou les PME ont du mal à faire le poids.  Faire un travail de qualité ne suffit plus pour être à l’abri de la concurrence.

La présence digitale des grandes entreprises écrase souvent les plus petites et cela se solde par la conquête progressive de la clientèle et la faillite des entreprises qui n’ont pas cet outil de communication. Voilà pourquoi avoir un site internet pour votre entreprise peut vous garder dans la course.

Rappelez-vous 80% des Français recherchent des informations sur les biens et services sur internet avant de se décider. Ne pas apparaitre dans la liste de choix que leur proposent les moteurs de recherche et du référencement Google, c’est d’office vous priver d’avoir une chance d’être sélectionné et contacté.

Ce qui est d’autant plus dommage quand on sait que lorsque 94% des possesseurs de smartphone font des recherches sur leur téléphone, celles-ci sont géolocalisées.  Mettre en place le référencement local augmentera vos ventes.

Rassurez-vous les moyennes et grandes enseignes sont soumises aux mêmes règles que n’importe quel autre site sur Google et font le nécessaire pour référencer le leur. Même si  souvent, elles n’ont pas toutes  les compétences pour être visibles sur internet.  Vous avez donc toutes vos chances pour donner de la visibilité à votre entreprise.

4. Pour rendre visible votre entreprise 24h/24

Un flyer dans les boites à lettres, des cartes de visites chez les commerçants, on sait tous où cela fini, d’autant plus que la personne qui aura besoin de vos services et produits le jour J, n’y aura peut-être plus accès ou qu’elle vous aura oublié.

Que vous ayez besoin de créer un site internet professionnel pour présenter votre activité ou vendre sur internet,  il existe plusieurs type de sites web.

Le site vitrine:

  • Vous aurez besoin de créer site internet vitrine pour communiquer sur votre activité et développer votre portefeuille clients par l’envoi régulier d’une newsletter par exemple.

Le site e-commerce:

  • Si vous êtes commerçant, vous pourrez créer une boutique en ligne appelé aussi site marchand. Vous pourrez aussi mettre en place ce qu’on appelle,  le tunnel de conversion qui a pour mission de convertir  vos prospects en  nouveaux clients  et faire décoller vos ventes.

Avec un site internet professionnel , votre entreprise sera visible 24 heures sur 24 et 365 jours par an. Un site web pour votre entreprise permet à vos futurs clients  de  vous laisser une demande de devis via le formulaire de contact par exemple un dimanche alors que vous être tranquillement en famille.

Vous-même, vous feriez comment là tout de suite si vous aviez besoin d’une entreprise pour réparer votre toit, isoler votre maison ou acheter un meuble sur mesures ? Vous avez compris ? Vous iriez certainement consulter internet et comparer les entreprises qui y sont visibles.

L’avantage qu’ont les artisans sur les grandes enseignes est que les recherches les concernant sont ciblées tant sur les spécificités que géographiquement. Le lieu de l’entreprise jouera pour beaucoup dans le choix de l’internaute.

5. Un site internet augmente la crédibilité de votre entreprise

Avoir un site internet renforce l’image de marque que vous voulez véhiculer auprès de vos clients, il assure le prestige et la réputation de votre entreprise. Grâce à votre site web, vous pourrez mettre en place une stratégie de communication et développer votre identité visuelle

S’il est bien réalisé, votre site web s’adaptera à toutes les tailles d’écrans, il devra être intuitif avec une bonne ergonomie et surtout une vitesse de chargement élevée pour que  l’information soit rapidement trouvée. Votre site sera votre meilleur allié. Le visiteur de votre site web pourra se faire une idée  de votre image et du niveau de qualité de vos de vos produits ou services.

6. Se démarquer de la concurrence avec un site web unique

Une bonne raison d’avoir un site internet est de vous différencier de vos concurrents. Le  site Internet ne doit reprendre  l’identité de votre entreprise, son image mais aussi sa charte graphique. Mettez en avant ce qui vous démarque de la concurrence dans votre secteur d’activité.

Ne cherchez pas forcément à faire le plus joli site, le design est important, mais l’information, la vitesse de chargement, l’affichage sur mobile le sont encore plus. Souvent, on souhaite avoir un site mieux que les concurrents, mais c’est sans compter le coût et le nombre de version pour en arriver à ce résultat.

Ce n’est pas la peine de vous lancer dans la conception d’un site trop compliquer dès le début. Un site internet avec les principales fonctionnalités vitales suffira. Vous pourrez alors ajouter les autres fonctionnalités plus tard, mais il faut qu’elles soient prévues au départ dans un cahier des charges si possible.

7. Avoir un site internet améliore votre service clients

Gagnez en efficacité avec un service clients en ligne. Avec  votre site Internet vous pourrez publier des réponses aux questions couramment posées par vos clients à l’aide de l’ajout d’une foire aux questions (FAQ pour frequently asked questions). Vos prospects et clients pourront trouver les réponses aux questions qu’ils se posent à tout heures, même quand votre service clients est fermé. 

De plus avec une FAQ, le service clients aura plus de temps pour traiter les cas les plus importants tout en offrant à vos clients une écoute de meilleure qualité et un temps d’attente plus cours, voila aussi pourquoi avoir un site internet pour votre entreprise est  nécessaire.

8. Un site internet pour trouver des leads, un atout pour vos commerciaux 

Le site web est le prolongement de votre force commerciale, il sera votre représentant toujours disponible pour fournir des informations.  Grâce à votre site d’entreprise, vous pourrez donner aux clients toutes les informations qu’ils recherchent. Avec des textes bien écrits et vendeurs, la tâche pour le commercial sera déjà bien entamée. Vous n’aurez pas à présenter une XIème fois votre produit et vous accèderez directement à la demande du client qui aura déjà l’information commerciale.

Bien plus qu’une vitrine pour votre entreprise, votre site internet pourra vous être utile dans votre prospection auprès de clients potentiels.

Demandes de devis, livres bancs (astuces données gratuitement) en échange de coordonnées et email, vous permettrons d’établir une base de prospect qualifiés intéressés par vos produit et services.

 

9. Connaitre avec précision ses clients

À l’aide d’outils gratuits de statistiques en ligne,  comme Google analytics ou Search console, apprenez en plus sur les visiteurs de votre site internet et sur vos clients. En décryptant toutes les informations fournies par ces services, vous pourrez connaitre ce que les internautes qui visitent votre site recherchent en priorité et connaitre leur goûts et leurs attentes.

Cela vous permettra de pouvoir ajuster votre offre, connaitre les produits qui se vendent le mieux et ceux qui attirent un peu moins l’attention. Toujours dans le but de mieux connaître vos clients, vous pourrez recueillir des informations assez précises par le biais de formulaires en ligne.

 

 

10. Avoir un site internet comme média publicitaire

Pourquoi avoir un site internet pour votre entreprise?  A l’inverse de la publicité  classique ( print, radio, télé), avoir  un site internet  est plus économique et beaucoup plus dynamique. En effet, vous pourrez mesurer avec précision le retour sur investissement et vous rendre compte si votre message est vendeur ou pas.

Vous pourrez donc ajuster votre message quand vous le voudrez contrairement à la publicité classique.  De plus un site internet bien référencé (dans les 3 premières positions de Google) vous apportera des clients sans trop d’efforts. Le but étant d’être mieux positionné que vos concurrents.

 

 

Alors pourquoi seulement 2/3 des TPE/ PME n’ont pas de site internet ?

 

Pour tenter de répondre à cette question, j’ai enquêté sur internet, consulté des rapports de l’INSEE et d’autres organismes et j’ai publié un sondage sur les réseaux sociaux.

Le fait que nos TPE /PME ne soient pas encore vraiment entrées dans l’ère du digital tient à trois  idées assez peu convaincantes si on les compare au TPE qui ont réussi leur présence digitale. Voici ces idées :

 

  • Je n’ai pas le temps pour un site internet :

Le manque de temps revient presque systématiquement dans les réponses de mon sondage. Faire un site, s’en occuper et l’alimenter régulièrement en information de qualité est trop chronophage pour une majorité des TPE / PME.  De plus, la multiplicité des réseaux sociaux n’arrange rien.  Certaines TPE / PME sont juste sur les pages jaunes, mais sans pour autant pouvoir dire si cela leur apporte des clients.

Ce n’est pas vous qui validez votre comptabilité, mais votre expert-comptable. De même que ce n’est pas vous qui fabriquez vos outils de travail et ce n’est pas vous non plus qui avez conçu le système d’exploitation de votre ordinateur.

Alors pourquoi voudriez-vous concevoir de A à Z votre présence digitale ?  Effectivement, apprendre des langages de programmation, apprendre le référencement naturel ou encore le webmarketing prendra du temps que vous n’avez pas. Vous êtes bien trop occupé par votre cœur de métier.  Il faut vous faire accompagner pour obtenir des résultats de qualité.

 

  • Il faut s’y connaitre, internet c’est compliqué :

Les TPE / PME qui m’ont fait ce type de réponses n’ont pas les compétences en interne pour créer leur présence en ligne et ne savent pas comment s’y prendre ni par quel bout commencer. Elles ne savent donc pas quel profil choisir tant le nombre de spécialités du web est vaste.

Internet ne s’improvise pas. Chaque TPE /PME sont différentes et demandent une étude du besoin appropriée. Vous pouvez déléguer la création de votre site internet et tout ou partie de son référencement, de son marketing digital et même de la création d’articles. Mais vous pouvez aussi, vous occuper vous-même de cette dernière partie après avoir suivi quelques conseils.

 

  • Internet n’a pas d’intérêt pour mon entreprise :

Voici une idée que quelques TPE / PME entretiennent encore alors que leurs concurrents exploitent leur absence digitale sur le net. Dans l’émission d’Europe 1, certains pensent que leurs marchandises ne sont pas adaptées au web alors que dans un même temps ils se fournissent sur internet.

Que vous dire face à cette idée ?  Qu’elle est fausse ? Bien évidemment ! Que ce soit par la création d’un site vitrine pour montrer vos produits et services ou que ce soit pour augmenter vos ventes par la création d’une boutique en ligne, internet est un pilier de l’entreprise et c’est devenu une évidence.

 

Comment réussir sa transformation digitale

Comment réussir sa transformation digitale

Transformation digitale, transformation numérique, transition numérique … Tous ces termes sonnent comme des expressions à la mode, mais ils désignent tous un même processus important permettant à votre organisation de rester à la pointe des dernières évolutions technologiques. Alors, une question primordiale se pose : comment réussir sa transformation digitale ? Nous allons répondre à cette question.

Les enjeux de la transformation digitale

Bien que cela puisse sembler simple, la transformation digitale peut être un processus complexe et souvent décourageant. En effet, elle a une incidence sur tous les aspects de votre entreprise, qu’elle soit une grande entreprise ou une start-up. En réalité, il s’agit d’une nouvelle façon d’aborder votre travail et impliquera très probablement de sortir de votre zone de confort et d’acquérir de nouvelles compétences. Bientôt, vous serez confronté à de nouvelles appellations, telles que « data scientists » ou « analystes de systèmes ». Cela arrivera au moment où votre entreprise aura besoin de compétences différentes pour répondre aux exigences de la technologie en évolution.
Mais il ne s’agit pas que de changements technologiques. C’est une façon de travailler complètement différente qui nécessite que les PDG, les directeurs informatiques, même les employés lambda, changent leur mentalité. Il s’agit davantage de changer la façon dont vous vous imprégnez des nouvelles technologies plutôt que de simplement les adopter.

Qu’est-ce que la transformation numérique ?

Le « Global Center for Digital Business » affirme que « le changement organisationnel est le fondement de la transformation numérique des entreprises ». En effet, changer la nature d’une organisation signifie changer la façon dont les gens travaillent. Ce qui remet en cause leurs mentalités et les stratégies sur lesquelles ils s’appuient jusqu’ici.
Ainsi, la transformation digitale consiste à utiliser les technologies numériques pour rendre un processus plus efficace. L’idée est d’utiliser la technologie non seulement pour reproduire un service existant sous forme numérique, mais aussi pour transformer ce service en une solution digitale nettement meilleure.
La transformation digitale peut impliquer de nombreuses technologies différentes, mais les sujets les plus en vogue actuellement sont le cloud computing, l’internet des objets, le big data et l’intelligence artificielle.
Bien que la transformation digitale soit l’une des phrases les plus utilisées dans l’industrie informatique, les définitions varient. Ce dont tout le monde peut convenir, c’est que, sous le battage médiatique, le duvet et la confusion, la transformation digitale implique des changements assez importants dans la culture d’entreprise.

Comment démarrer un processus de transformation digitale ?

Si tout ce qui a été expliqué précédemment vous fait ressentir que vous êtes très en retard, pas besoin de s’alarmer. L’une des idées fausses les plus répandues sur la transformation digitale est que tous les concurrents sont toujours beaucoup plus avancés. En effet, il y a beaucoup d’admiration pour les transformateurs les plus rapides, mais peu de critiques sur le degré de difficulté de la transformation ou sur le temps que cela prend pour une entreprise pour terminer le processus. Il faut garder en tête que la transformation digitale peut être un processus compliqué et trouver la bonne stratégie pour votre entreprise peut constituer l’un des obstacles majeurs à la révolution numérique. Voici donc les préalables avant de lancer le processus de transformation digitale.

La stratégie qui induit la transformation digitale, pas la technologie. Il y a certains avantages à mettre en place une stratégie pour définir la voie suivre vers la mutation numérique plutôt que de superposer différentes technologies. La technologie évolue et s’adapte au fil du temps. Il est probable que dans quelques années. La technologie dont votre entreprise a besoins va évoluer. Cependant, il est essentiel que la façon dont vous mettez en œuvre cette technologie soit bien solide pour éviter tout contretemps. Ainsi, les portées et les objectifs dans les stratégies et les plans d’action digitaux sont très importants. C’est la technologie qui permet de réaliser les processus, mais c’est la façon dont ces processus sont mis en œuvre qui aura le plus grand impact sur le succès de l’entreprise.

Les stratégies numériques ne peuvent pas uniquement se concentrer sur le monde en ligne. Elles doivent aussi combler le fossé entre les mondes en ligne et hors ligne. Par exemple, un musée doit envisager de proposer une expérience passionnante à la fois pour les clients qui se déplacent physiquement, puis de poursuivre cette expérience via des plates-formes mobiles et sur les réseaux sociaux. Pour réussir à créer ces nouvelles expériences numériques, il faut modifier les compétences et adopter une culture de collaboration. Une culture dans laquelle les gens mettent en commun leurs idées et partagent leur expertise. Ainsi, les entreprises les plus susceptibles de réussir la transformation digitale sont celles qui ont l’esprit ouvert et qui sont heureuses de prendre des risques.

Il est également crucial de disposer des ressources nécessaires. En effet, les décideurs au sein des entreprises avant-gardistes doivent disposer de nouveaux outils indispensables pour développer les nouvelles compétences et le savoir-faire de l’ensemble de leur organisation.

Hiérarchiser les investissements. Enfin, les entreprises devraient commencer par hiérarchiser les investissements qui procurent des avantages aux clients et qui génèrent de la valeur ajoutée et de la valeur commerciale. À partir de là, vous pouvez ensuite scinder la stratégie en deux types de projets : un projet rapide et un autre à plus long terme.

Les étapes à suivre pour réussir sa transformation digital

Parvenir à une transformation digitale réussie n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Selon de nombreuses recherches, pas moins de 80 % des tentatives de transformation digitale échouent, principalement en raison des difficultés liées au changement organisationnel et au changement de modèle économique. Voici donc les étapes à suivre qui vous permettront de réussir votre transformation digitale.

Déterminez si vous êtes vraiment prêt pour une transformation numérique complète au lieu d’une implémentation ERP relativement simple. Les implémentations ERP impliquent généralement des améliorations incrémentielles des processus commerciaux et des attributions de chaque poste, tandis qu’une transformation numérique permet des améliorations radicales de votre modèle d’entreprise et de vos opérations.

Définissez votre stratégie de transformation digitale. La technologie peut avoir un impact profond sur votre entreprise, mais elle n’a aucun sens si elle n’est pas conforme à votre stratégie technologique d’entreprise à long terme. Assurez-vous de développer une feuille de route basée sur les buts et objectifs de votre entreprise.
Évaluez vos options logicielles et technologiques. Une fois votre feuille de route stratégique définie, évaluez les options technologiques potentielles qui correspondent le mieux à cette feuille de route. Chaque société aura des besoins différents en fonction de sa stratégie globale.

Déterminez comment la technologie va perturber votre entreprise et faciliter la ré-ingénierie des processus. Dans la mesure où cette initiative perturbera votre modèle commercial actuel, vous devrez consacrer beaucoup de temps à la réingénierie des processus métier. Assurez-vous d’investir suffisamment de temps pour définir et documenter les processus métiers reflétant ce modèle opérationnel nouveau et amélioré.

Déterminez comment vous allez gérer les changements organisationnels et culturels pour permettre la transformation. La transformation digitale concerne beaucoup plus que la technologie. Elle requiert aussi un changement culturel massif. Les gens auront non seulement de nouveaux rôles, mais dans de nombreux cas, leur travail, leur façon de penser et leurs responsabilités seront complètement remaniés. Assurez-vous d’investir massivement dans un plan efficace de transition du personnel et de gestion du changement organisationnel afin de garantir une mise en œuvre réussie.

Gérer la mise en œuvre de la technologie, des personnes et des processus. Les meilleures stratégies et intentions ne signifient pas grand-chose sans une exécution efficace. Assurez-vous que des membres expérimentés de l’équipe du projet et des consultants en logiciels indépendants soutiennent votre initiative pour en garantir le succès.

Quelle est l’importance du plan marketing dans la transformation digitale ?

Quelles est l’importance de créer et d’utiliser un plan marketing digital pour soutenir la transformation numérique et la croissance de l’entreprise ? Il s’agit d’un très grand défi, car de nombreuses entreprises savent à quel point les canaux numériques et mobiles sont essentiels pour optimiser la relation client ; c’est-à-dire acquérir et fidéliser des clients.

Ainsi, si vous faites partie des entreprises qui n’ont pas encore de stratégie numérique, il y a deux alternatives qui s’offrent à vous. Commencez avec un plan marketing numérique distinct définissant la transformation nécessaire et plaidant en faveur d’investissements et de modification de votre plan de marketing digital. Ensuite, après approbation, créez un plan digital intégré qui fasse partie du plan marketing global. Ainsi, le numérique est parfaitement aligné et devient une activité courante.

Quels sont les moteurs de la transformation numérique ?

L’élément important de la transformation numérique reste, bien sûr, la technologie. Mais souvent, il s’agit davantage de se débarrasser de processus obsolètes et de la technologie existante que d’adopter de nouvelles technologies. Ainsi, si les entreprises veulent évoluer en suivant le rythme accéléré du changement numérique, elles doivent travailler pour accroître l’efficacité avec la technologie chaque fois que cela est possible.
Pour beaucoup, cela signifie adopter des principes agiles dans l’ensemble de l’entreprise. Les technologies d’automatisation aident également de nombreuses organisations informatiques à gagner en rapidité et à réduire leur endettement technique. Neuf décideurs informatiques sur dix affirment que les systèmes existants les empêchent d’exploiter les technologies numériques dont ils ont besoin pour se développer et devenir plus efficaces.

Les étapes et livrables du projet web

Les étapes et livrables du projet web

N’importe quel projet est composé d’étapes qui devront être respectées pour mener au succès du projet. Ces étapes sont conditionnées par des livrables, ces derniers étant défini par des jalons. Mais alors quelles sont les différences entre livrables et jalons d’un projet web ?

Les livrables:

Ce sont les résultats de tâches inhérentes au projet. Cela peut être un document, un code source, ou tout autre chose mesurable ou vérifiable qui émane de la fin de tout ou partie du projet.

Les jalons:

Ce sont les moments clés d’un projet qui permettent de démontrer sa progression, comme des dates importantes de réalisation ou la production de livrables. Ils servent aussi à déterminer les dates de début et de fin de chacune des phases d’un projet. Je vous ai déjà parlé de la note de cadrage, qui est le premier document d’un projet . Avant d’aller plus loin dans les détails du projet, voici une infographie qui représente les étapes d’un projet web. N’hésitez pas à la partager.

Pin It on Pinterest